• Citations d'amour

     

     laquelle préférez-vous ? pourquoi ?
    008.gif

     

     

    La maladie d'amour ne tue

    que ceux qui doivent mourir dans l'année

     

     (Marguerite de Navarre).

     

     

    Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,

     Chagrin d'amour dure toute la vie

     

    (De Floriant).

     

     


    Un nouvel amour en remplace un ancien

     comme un clou chasse l'autre

     

    (Cicéron).

     

     


    La prospérité est le lien de l'amour

     

    (Shakespeare).

     

     

     

    L'amour est à la portée de tous,

     mais l'amitié est l'épreuve du coeur

     

     (A. d'Houdetot).

     

     

     

     



    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Pin It

    26 commentaires
  • Le RHODODENDRON

    c’est l’arbre à rose

     du grec « rhodon =rose» et « dendron= arbre ».

    Il signifie en langage des fleurs « vous êtes la plus belle »

     

    Mais par SIM,

    notre humoriste des « grosses têtes » qui nous a quitté il y a peu de temps,

     il n’était pas très apprécié.

     Il en avait fait une chanson en 1971 que je vous fais partager.

     

     « J’AIME PAS LES RHODODENDRONS »

    Dont voici les paroles :

    J'aime bien mon père, j'aime bien ma mère
    J'aime bien ma sœur et mon p'tit frère
    J'aime la montagne, le bord d' la mer
    Et les boutons d' la charcutière
    J'ai le cœur comme la gare Saint-Lazare
    On s'y entasse, il y a toujours une petite place

    Mais pas pour les rhododendrons
    J'aime pas les rhododendrons
    Faut pas qu' les rhododendrons
    Viennent me chatouiller les narines
    Ça m' fait des cloques sur la poitrine
    Sur le bout du nez

    J'aime pas les rhododendrons
    J'aime pas les rhododendrons
    Parce que les rhododendrons
    Sont d' la famille de plantes dicotylédones gamopétales
    Comme les azalées
    Ça veut tout dire !

    Faudrait pas croire que j'ai d' la haine
    Pour ces p'tites fleurs qui ont plein d' graines
    Dans mon jardin, il y en a plein
    Et je ne vais plus dans mon jardin
    Si seulement il y avait des roses
    Des myosotis, des violettes ou des pâquerettes !

    Mais pas des rhododendrons
    (Qu'est-ce qu'y dit, l' bonhomme ?)
    J'aime pas les rhogrogrengrons
    (Hein hein hein ! Y s'est trompé !)
    Parce que les rhodrogrendons
    (Ça s'arrange pas !)
    C'est pas facile à épeler
    Ce vache de 'h' pour le placer
    C'est pas du nougat !

     

     

     

    * pour les dimanche en fleurs de prinprenelle


    20 commentaires
  • Pour le casse tête de la semaine de lajemy « les expressions » que vous employez ou entendez …

     

     

     

    -  Il ne s'est pas entraîné « bonne mère! ».

     

    Ce n’est pas sa faute « Pécaïre/Peuchère » il n’avait pas compris qu’il devait chanter.

     

    -« Fan de chichoune ! »( il s’est exclamé) je n’ai rien préparé !!

     

    - ce n’est pas possible   tu étais pourtant prévenu !

     

    - Mais ça ne fait rien, … on y arrivera à chanter quelque chose ..

     

    - « Mazette ! »

     

     

     

     

    4/ Bonne mère (de Marseille) = exprime la colère, la surprise,l'impatience …

     

    2/ PécaÏre = Péchère = Peuchère (de Marseille)=

    le pauvre ..(attendrissement)

     

    3/ Fan de chichoune = mince 

     

    4/ Mazette = et bien ! (admiration , étonnement)

     



    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Pin It

    31 commentaires
  • Voici un joli poème que m'a ramené ma fille de l'école

    (il n'est pas d'elle à 5 ans là je serai fière !

    mais sa façon de le réciter est parfaite ).

    Il est doux ....

    j'aime..!

     

     

     

    Il a plu des mots ce matin

    Ils sont tombés dans mon jardin

    Des mots très fous

    Qui font la roue

    Des mots d'amour

    Tout en velours

    Des mots très doux

    Des mots pour toi

    Et tout le jour, dans le secret

    Je t'en ferai des bouquets.



    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Pin It

    24 commentaires
  • LES LARMES DU DRAPEAU

     

    drapeautinou.jpg

    Transmission de pensées :

     le jour où je mets ce poème en ligne clémentine me revient de l'école

    avec ce dessin... et ce superbe drapeau !!

     

    J’ai longuement flotté sur les champs de bataille,
    Résistant bravement aux coups de la mitraille ;
    Maintes fois ma voilure épongea dans le vent
    Le sang des soldats morts, les pleurs des survivants.
     
    Au sommet du pays je dressais mes couleurs,
    Témoignage vibrant de la Foi, de l’Honneur.
    Les anciens devant moi soulevaient leur chapeau,
    Qu’y a-t-il de plus beau que l’amour d’un drapeau ?
     
    Mais la honte survint par un soir gris d’hiver :
    Ma hampe fut brisée par des mains étrangères.
    Lacérés, mes beaux plis sanglotaient en silence
    En voyant que ces doigts s’attaquaient à la France.
     
    Devant la foule haineuse, on me jeta à terre.
    Un instant je pensais : « nous sommes donc en guerre ! »
    Mais en guerre un étendard a ses défenseurs,
    Ici nul n’accourut pour calmer ma douleur !
     
    Les uniformes bleus trépignaient de colère,
    Mais leur chef, tout là-haut, préservant sa carrière,
    Me laissa sans mot dire aux mains de mes bourreaux :
    Je mourus sans qu’une arme quitte son fourreau.
     
    Ce soir je regrettais de porter ces couleurs,
    Car une part de la France est morte dans mes pleurs.
    Quand mon pays me laisse ainsi succomber, seul,
    Je ne suis plus drapeau, mais je deviens linceul.

    Lieutenant-colonel Michel BRAULT

    (ancien élève de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr,  Chevalier de la légion d’honneur,  Officier de l’ordre national du mérite, Citation à l’ordre de la division avec attribution de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs avec étoile d’argent, Médaille outre-mer agrafe Tchad, Médaille outre-mer agrafe vermeil Moyen-Orient, Médaille d’argent de la défense nationale, Médaille saoudienne de libération du Koweït)



    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Pin It

    25 commentaires
  • ELOGE DE LA LENTEUR - casse tête de lajemy

     

    L'ESCARGOT

     

     

    IMAGESSAUVEGARDEES1 0048

     

     

     

    POESIE DE PREVERT

     

    A l'enterrement d'une feuille morte
    Deux escargots s'en vont
    Ils ont la coquille noire
    Du crêpe autour des cornes
    Ils s'en vont dans le soir
    Un très beau soir d'automne
    Hélas quand ils arrivent
    C'est déjà le printemps

    Les feuilles qui étaient mortes
    Sont toutes réssucitées
    Et les deux escargots
    Sont très désappointés

    la suite ICI

    Pin It

    22 commentaires
  • L’humeur

     

     

     

    chez lajemy « casse tête de la semaine »

    J’ai choisi de mettre quelques citations sur ce thème.

     

    « S’opposer n’est autre que proposer .
    Une opposition sans proposition n’est  qu’un mouvement d’humeur .»

    ROBERT SABATIER

     

    « La bonne humeur a quelque chose de généreux : elle donne plutôt qu’elle ne reçoit. »

    ALAIN

     

    « La meilleure des douches ne vous lave pas de toutes nos humeurs. »

    DANIEL PENNAC

     

     

    « L’humoriste c’est un homme de bonne mauvaise humeur. »

    JULES RENARD

     

    « La fortune et l’humeur gouvernent le monde. »

    FRANCOIS DE LA ROCHEFOUCAULD

     



    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Related Posts with Thumbnails

    Pin It

    18 commentaires
  •  


    14 commentaires
  • Exemples d’acrostiches célébres
    (pour ceux qui se posent la question mais en quoi consiste un acrostiche ?)


    VILLON (avec son nom) :

    Vous portâtes, digne Vierge, princesse,
    Iésus régnant qui n’a ni fin ni cesse.
    Le Tout-Puissant, prenant notre faiblesse,
    Laissa les cieux et nous vint secourir,
    Offrit à mort sa très chère jeunesse ;
    Notre Seigneur tel est, tel le confesse :
    En cette foi je veux vivre et mourir.

    Plus amusant est la correspondance de George SAND et Alfred de MUSSET :

    Quand je mets à vos pieds un éternel hommage
    Voulez-vous qu'un instant je change de visage ?
    Vous avez capturé les sentiments d'un cœur
    Que pour vous adorer forma le Créateur.
    Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
    Couche sur le papier ce que je n'ose dire.
    Avec soin, de mes vers lisez les premiers mots
    Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

    George Sand répondit :

    Cette
    insigne faveur que votre cœur réclame
    Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
    OU
    Cette insigne faveur que votre cœur réclame
    Nuit peut être à l'honneur mais répond à ma flamme

    A vous de trouver LA FORME qui vous correspond le mieux pour les participants au thème PRINTEMPS….

    Et un grand merci à ceux qui ont déjà participé !!




    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Pin It

    8 commentaires
  • Avec la permission de mon ami L'A J T
     je vous livre un second extrait de son
     "L'HEUREUX CUEILLE".

    pour le jeudi en poésie
    des croqueurs de mots de Bruno


    heureuxcueille2.jpg



    imagesCA4KOI5Q.jpg



    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Pin It

    10 commentaires
  • FABLES DE LA FONTAINE

    LE CERF ET LA VIGNE

    cervign1.gif

    Un cerf, à la faveur d’une vigne fort haute,
    Et telle qu’on en voit en de certains climats,
    S’étant mis à couvert et sauvé du trépas,
    Les veneurs, pour ce coup, croyaient leurs chiens en faute
    Ils les rappellent donc. Le cerf, hors de danger,
    Broute sa bienfaitrice : ingratitude extrême !
    On l’entend, on retourne, on le fait déloger :
    Il vient mourir en ce lieu même.
    « J’ai bien mérité, dit-il, ce juste châtiment :
    Profitez-en, ingrats. » Il tombe en ce moment.
    La meute en fait curée : il lui fut inutile
    De pleurer aux veneurs à sa mort arrivés.

    VRAIE  IMAGE DE CEUX QUI PROFANENT L’ASILE
    QUI LES A CONSERVES. 

    Ce pourrait être également :

    « voler dans la bourse des parents qui nous ont élevé, nourri  »

    «  donner un coup de poing à l’ami qui nous a donné la main pour nous secourir »…



    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Pin It

    10 commentaires
  •  

    J’ai choisi deux poèmes d’un blog qui me tient à cœur et qui, je trouve, mérite que l’on s’y arrête !

     

    Tous les poèmes sont splendides !

     

    Je vous laisse en découvrir deux ici et j’espère que vous suivrez les liens et laisserez sur le blog « leschaisesdenina » quelques commentaires.

     

    D’avance merci pour elle : une VRAIE POETESSE digne des plus grands à découvrir absolument !

     

    http://leschaisesdenina.over-blog.com/article-les-refugies-45190289.html

     

    LES REFUGIES

     

    Ils ont le vague à l’âme, ils ont des bleus au coeur.

    Ils ont les gestes lents de ceux qui n’ont plus peur.

    Ils viennent de partout, de nulle part et d’ailleurs.

    Ils sont à la recherche d’un asile meilleur.

     

    Leurs mains ne tiennent rien pour ne rien posséder.

    Leurs lèvres restent closes pour ne rien demander.

    Le coeur à la dérive, ils errent en liberté.

    Mais qu’est la liberté quand on a tout quitté?

     

    Ils laissent derrière eux les villes, une à une.

    Parcourant, fatigués, les chemins d’amertume.

    La flamme de leurs yeux, peu à peu, se consume.

    Ils ont leurs souvenirs pour unique fortune.

     

    Ils n’ont plus de patrie, ils n’ont plus de maison.

    Ils sont les citoyens d’un monde sans raison,

    Exilés de leurs terres dans une autre nation.

    C’est à ces réfugiés que j’offre ma chanson.

     

    Tous les hommes sont frères et si, parfois, leur peau

    A une autre couleur, ce n’est point un défaut.

    Ils sont des naufragés sur de frêles radeaux.

    Ami, soit leur ami. Ami soit leur bateau...

     

    Ami, toi qui possèdes ces choses qu’ils n’ont plus,

    Parce qu’ils furent volés, parce qu’ils les ont perdues,

    Ne ferme pas les yeux. Ils n’ont que leurs mains nues.

    Offre-leur l’amitié, ton coeur, sans retenue.

     

    http://leschaisesdenina.over-blog.com/article-la-mer-45041302.html

     

    LA MER

     

    J’ai dédié un poème au sourire de la mer,

    Aux grands rouleaux vert sombre s’écrasant sur la plage,

    Au bruit de ses baisers qu’elle dépose, douce-amère,

    Lorsqu’elle vient tendrement embrasser le rivage.

     

    Aux oiseaux blancs et noirs qui planent, lentement,

    Majestueusement, comme des caravelles,

    Se laissant, par moments, emporter par le vent

    Avec un peu d’écume attachée à leurs ailes.

     

    J’ai dédié un poème au vent de l’Océan.
    Aux gros nuages gris qu’il fait rouler au ciel,

    Aux immenses orages qu’il déchaîne en hurlant:

    Scènes d’Apocalypse mourant en arc-en-ciel.

     

    Aux mille coquillages endormis sous le sable

    Et qui gardent en eux le chant de la marée.

    Aux falaises rongées qui se dressent semblables

    A d’énormes statues restées inachevées.

     

    J’ai dédié un poème aux marins en partance

    Pour un ailleurs lointain, chanté dans leurs chansons

    Qui parlent de bateaux, de pêches et de souffrances,

    Où les embruns se mêlent à l’odeur du poisson.

     

    Aux femmes résignées attendant sur la grève,

    Les yeux désespérés, fixés sur l’horizon,

    Que le soleil se couche, que le soleil se lève,

    Ramenant au matin leur homme à la maison

     

    et un poème auquel elle tient particulièrement que je vous convie à lire aussi :

    http://leschaisesdenina.over-blog.com/article-comment-vous-dire-44509451.html

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Pin It

    20 commentaires
  • Je vous présente deux petits poèmes et quelques pensées d'un ami dans "l'heureux cueille".

    Je le remercie de m'avoir autorisé à vous faire partager ces écrits.


    lheureuxcueille-copie-1.jpg

    lheureuxcueillelesrassisont-copie-2.jpg



    sot.jpg








    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Pin It

    17 commentaires
  • Pour le jeudi en poésie chez "les croqueurs de mots" :


       
    Comme vous le savez, la période médiévale me tient à cœur. Aussi,  ai-je, aujourd’hui, pour ce jeudi en poésie, choisi un poème sur cette  époque : les Templiers, à leur tour condamnés au même titre que les  hérétiques pour leurs actes violents et la vénération d’idoles, se retrouvent sur le bûcher, victimes, surtout,  de leur statut, qui en gène certains, car ayant acquis un peu trop de biens sur cette terre…ce qui ne plairait pas au seigneur et à ses « serviteurs » …[cricket1513]

     200px-JacquesdeMolay.jpg

    L'immolation des templiers

      (François J.-M. Raynouard 1761-1836)

     

    Un immense bûcher, dressé pour leur supplice,
    S'élève en échafaud, et chaque chevalier
    Croit mériter l'honneur d'y monter le premier.

     

    Mais leur Grand Maître arrive ; il monte, il les devance ;
    Son front est rayonnant de gloire et d'espérance.
    Il lève vers les cieux un regard assuré,
    Il prie et l'ont croit voir un mortel inspiré.

     

    D'une voix formidable aussitôt il s'écrie :
    - Nul de nous n'a trahi son Dieu, ni sa patrie,
    Français, souvenez-vous de nos derniers moments,
    Nous sommes innocents, nous mourons innocents !

     

    L'arrêt qui nous condamne est un arrêt injuste,
    Mais il est dans le ciel un tribunal auguste
    Que le faible opprimé, jamais n'implore en vain,
    Et j'ose t'y citer, ô Pontife romain !

    Encore quarante jours... je t'y vois comparaître ! "
    Chacun en frémissant, écoutait le Grand Maître
    .

     

    Mais quel étonnement, quel trouble, quel effroi,
    Quand il dit -
    " O Philippe, ô mon maître, ô mon roi,
    Je te pardonne en vain ta vie est condamnée :
    Au tribunal de Dieu, je t'attends dans l'année ! "

     

    Les bourreaux interdits n'osent plus s'approcher ;
    Ils jettent en tremblant le feu sur le bûcher,
    Et détournent la tête... Une fumée épaisse
    Entoure le bûcher, roule et grossit sans cesse.

     

    Tout à coup le feu brille à l'aspect du trépas,
    Ces braves chevaliers ne se démentent pas.
    On ne les voyait plus, mais leurs voix héroïques
    Chantaient de l'Eternel les sublimes cantiques.

     

    Plus la flamme montait, plus ce concert pieux
    S'élevait avec elle et montait vers les cieux.

     

    Votre envoyé parait, s'écrie... Un peuple immense,
    Proclamant avec lui votre auguste clémence,
    Auprès de l'échafaud soudain s'est élancé ...
    Mais il n'était plus temps... Les chants avaient cessé
    .

     

    *   NB : Petite précision pour les vers suivants :

    Et j'ose t'y citer, ô Pontife romain !
    Encore quarante jours... je t'y vois comparaître ! "
    Chacun en frémissant, écoutait le Grand Maître

    Quand il dit - " O Philippe, ô mon maître, ô mon roi,
    Je te pardonne en vain ta vie est condamnée :
    Au tribunal de Dieu, je t'attends dans l'année ! "

     

    Il s’agit là de la malédiction qui aurait été proférée par
    Jacques de Molay :

    « Pape Clément, je t'ajourne 40 jours pour comparaître devant le tribunal de Dieu, et pour toi, roi Philippe, je t'en donne un an », et bizarrement les deux moururent selon les dates proférées par Jacques de Molay, dernier grand maître des Templiers.  Clément V mourut le 20/04/1314 et philipe le Bel le 29/11/1314…

     

    Merci de m’avoir lue.


    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Pin It

    20 commentaires
  •  
    <nobr>Origine</nobr>

    Eugénie est dérivé du prénom grec Eugenia.

     

    <nobr>Histoire</nobr>

    Ce prénom est apparenté au terme grec eugenês qui signifie "bien né".

     

    <nobr>Saint patron</nobr> Sainte Eugénie fut la fondatrice des Auxiliatrices des Ames du Purgatoire qui avait pour but de venir en aide aux plus défavorisés

     l'internaute.com

                                                       bb3c86757bcf62b8d29e754817c811b9.jpg

    Et n'oublions pas bien entendu

           "Eugenie GRANDET "

    de notre cher Honoré de BALZAC

     

     

     

     BON DIMANCHE !

     

    Pin It

    32 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique